POKER A REIMS

Forum de Poker pour Reims et les Rémois.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» Tournoi du mardi soir
Aujourd'hui à 0:47 par la Pieuvre

» Un payout d'enfer !
Mer 11 Oct 2017 - 1:41 par la Pieuvre

» 3eme tournoi en ligne ce mardi 26/09
Mar 26 Sep 2017 - 23:44 par la Pieuvre

» 1er tournoi en ligne mardi 12sept à 20h45
Mar 12 Sep 2017 - 16:52 par la Pieuvre

» bonjour à tous
Lun 21 Aoû 2017 - 15:03 par vincho

» proba bizarre
Mar 15 Aoû 2017 - 11:48 par la Pieuvre

» Saison 2017-2018
Lun 24 Juil 2017 - 15:22 par la Pieuvre

» TOURNOI DE FIN D'ANNEE vendredi 30 juin 2017
Ven 30 Juin 2017 - 14:49 par fvlc

» tournoi du vendredi 16 juin 2017
Dim 25 Juin 2017 - 2:01 par la Pieuvre

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

néné51

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 45 le Sam 2 Aoû 2014 - 6:39
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Statistiques
Nous avons 375 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est SaiiMore

Nos membres ont posté un total de 10470 messages dans 1291 sujets

Partagez | 
 

 La gestion du capital jeu (01)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jerome51
Limper
Limper


Nombre de messages : 129
Age : 44
Localisation : reims
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: La gestion du capital jeu (01)   Lun 28 Nov 2011 - 16:12

bonjoir

intéressant non ?

Celui qui entend jouer d'une manière rationnelle au poker doit travailler deux grands domaines :

* le jeu lui-même, ce qui inclut la stratégie, les tactiques, la psychologie, les mathématiques, etc.
* la finance liée au jeu, car comme chacun sait le poker est un jeu de mises.

Nous écrivons bien « mises » et non « argent ». Que l'on joue ou non de l'argent au poker, on gère de toute façon un capital, qu'il soit en argent réel ou en argent fictif. Dans les deux cas les règles de gestion sont les mêmes, quoique les stratégies de jeu sont des plus différentes.

Une bonne technique de jeu liée à une gestion du capital raisonnée maximise les possibilités de devenir gagnant à long terme. La même technique de jeu associée à une gestion du capital déficiente peut générer des pertes récurrentes.

Beaucoup de joueurs, pourtant doués dans leur jeu, se demandent pourquoi ils n'arrivent pas à retirer des bénéfices de leurs sessions. S'ils lisent cet article, ils savent maintenant qu'ils pèchent peut-être par une gestion de capital déficiente.

Dans cet article, nous vous proposons une mise en ouvre en 6 étapes de la gestion de votre capital jeu, puis les particularismes des différentes formes de jeu.
1ère étape : Créez votre capital jeu

Il est indispensable de dissocier l'argent du jeu de l'argent qui vous sert à vivre au quotidien. L'argent du jeu est un carburant. Si vous êtes en panne sèche suite à une série de pertes, ne puisez pas dans le budget de votre vie quotidienne. Arrêtez-vous de jouer et reconstituez progressivement votre capital jeu.

A quelle hauteur fixer votre capital-jeu ? Il y a deux méthodes :

Fixer drastiquement votre capital-jeu
Tout budget d'un montant prédéterminé vous permet de réaliser certains achats et pas d'autres. Par exemple, si vous appliquez la « règle du vingtième » (voir ci-après) et si vous disposez d'un capital de 400 euros, vous savez que vous ne dépasserez jamais 20 euros par session. Soit, par exemple, deux sit&go à 10 euros ou un head-up à 20 euros.

Déduire votre capital-jeu en fonction de votre jeu préféré
Si votre expérience vous a montré que vous obteniez les meilleurs résultats en sit&go à 50 euros, en appliquant la « règle du vingtième » (voir ci-après), vous en déduisez que votre capital jeu doit être de 1.000 euros au moins. Ne jouez pas en sit&go à 50 euros tant que vous ne disposez pas de ce capital. Ou alors, baissez votre tarif de session ; passez par exemple à 30 euros.
2ème étape : Tenez vos comptes comme un vrai pro

Tenez un compte précis de toutes vos sessions de jeu. Ce n'est pas si fastidieux mais c'est parfois dur à vivre quand il s'agit d'une grosse perte. C'est en tout cas indispensable pour mesurer plusieurs paramètres : quel type de partie vous rapporte le plus, votre taux de gain horaire, etc.

Ne vous mentez pas : vous essuyez une perte ? Ce n'est pas parce que vous étiez fiévreux (vous n'auriez pas dû jouer, alors !) ni parce que vous étiez pressé (même remarque) ! Inscrivez la perte quand même. De toute façon, personne d'autre que vous ne lira vos résultats. Et si vous croyez que vous êtes le seul à avoir des « coups de mou », vous vous trompez ! Même le champion du monde en a ! (moins, c'est vrai, mais il en a aussi)


Le taux de gain (winrate) ou BB/100
Il s'agit du nombre de surblinds que vous gagnez tous les 100 coups. Pour l'obtenir, partez du total gagné en fin de session.

* Divisez ce total par le montant du surblind.
* Divisez le résultat par le nombre de coups joués (si vous l'ignorez, estimez-le).
* Multipliez le résultat par 100.

Un BB/100 standard est compris entre 5 et 8.

Le Retour sur investissement (ROI) C'est ce que vous rapporte votre action de jeu, exprimé en pourcentage. Pour l'obtenir, considérez le montant de début de session (DS) et le montant de fin de session (FS).

* Le gain G est la différence FS - DS
* Le ROI est le quotient G/DS

En fin d'article se trouve une table qui rappelle les valeurs standards de ROI.
3ème étape : La règle du vingtième

ne risquez jamais au-delà d'un vingtième
de votre capital jeu par session

Une « session de jeu » est une partie, ou une journée de jeu, ou un tournoi, comme vous le souhaitez.

Exemple : Si vous avez l'habitude d'engager 60 euros par session, votre capital doit être de 1.200 euros minimum (soit 60 x 20).

Cette limite est un minimum. Nous verrons que dans certains types de jeu, il faudra même risquer moins qu'un vingtième de son capital. Pensez alors à adapter votre engagement financier à chaque session.
Pourquoi cette règle du vingtième ? Parce que vos résultats vont connaître des fluctuations parfois brutales. De longues séries fastes (upswings), mais aussi de longues séries néfastes (downswings). Votre capital doit avoir assez de profondeur pour amortir les longues séries néfastes.
4ème étape : Comment vaincre l'effet crémaillère, ou effet de cliquet

L'effet crémaillère, ou effet de cliquet, est utilisé en économie pour décrire cette fâcheuse tendance qu'ont les indicateurs à la hausse de ne pas pouvoir redescendre, même quand c'est l'intérêt des facteurs. Cela vaut pour les consommateurs qui ont un mal fou à réduire leurs achats quand leurs revenus baissent.

Cela vaut aussi pour les joueurs de poker qui, poussés par leur passion du jeu, n'hésitent pas à se risquer sur des tables plus chères mais sont réticents à revenir sur des tables moins chères. C'est pourtant ce qu'ils doivent faire impérativement s'ils veulent recouvrer un état financier sain.

Si, malgré vos efforts, votre capital jeu descend sous le seuil défini par la règle du vingtième pour jouer à ce niveau, baissez de tarif.

Cette opération est mentalement difficile car les sommes manipulées ensuite sont toutes divisées par deux, et vous pouvez mal le vivre psychologiquement. Mais à l'inverse, c'est la seule applicable pour revenir en confiance et redresser vos finances. Elle est infiniment moins douloureuse que persévérer au niveau supérieur, et essuyer de lourdes pertes.

Le mécanisme est le suivant :

* vous essuyez au départ une série de pertes
* votre mental s'en ressent, vous jouez plus mal, vous « tiltez », ce qui réduit vos chances de redresser vos finances
* donc plus vous perdez, plus vous assurez votre perte : c'est une spirale infernale !
* cassez cette spirale infernale en baissant de tarif : vous affronterez des joueurs moins affûtés, vous aurez moins d'échecs, vous serez mieux dans votre tête et vous redresserez vos finances
* quand vous aurez rejoint votre capital de départ, revenez au prix de départ

N'attendez pas de descendre trop bas pour baisser de tarif ! Sinon vous entamez par trop votre capacité à remonter la pente. Par exemple, vous pouvez vous imposer de baisser de tarif quand vous êtes descendu à 75% de votre capital.

L'idéal est d'opter pour l'ajustement continu tel que l'utilise Challenger, ce joueur dans le cadre du défi qui consiste à multiplier un capital par 100 en 9 semaines. Dans son cas, il fait l'ajustement continu, ce qui lui permet d'appliquer non pas la règle du vingtième mais la règle du dixième. En clair, il n'engage jamais plus du dixième de son capital et il opte pour le tarif qui se rapproche le plus de cette proportion, sans jamais la dépasser.

Exemple :

* S'il possède $10, il choisit de jouer à $1 (car le tarif au-dessus, $2,5, est supérieur au dixième)
* S'il perd ce tournoi, il continue au tarif qui se trouve immédiatement en-dessous, à savoir $0,55
* S'il gagne ce deuxième tournoi, son capital repasse au-dessus de $10 et il rejoue à des tournois de $1. Mais s'il perd ce deuxième tournoi, il doit rester à $0,55. Et ainsi de suite.

Il s'agit de procéder à un ajustement permanent en fonction de la hauteur du capital à l'instant t. Cela élimine aussi la question de l'effet de cliquet puisqu'il s'agit d'appliquer une simple règle arithmétique qui ne connaît pas d'état d'âme. Challenger a calculé qu'en procédant de cette manière et bien que jouant au dixième au lieu du vingtième, il se donne une marge de 26 pertes consécutives avant d'atteindre le capital zéro, en commençant au capital $10. Ce qui est très large.
5ème étape : Appliquez la règle de la progression des mises

Inversement, quand votre capital augmente régulièrement, vous assurez votre capacité à jouer plus cher. Par exemple, si vous jouiez à 400 euros pour des sessions à 20 euros et si votre capital passe à 600 euros, vous pouvez dès lors entamer une nouvelle série de sessions de 30 euros.

Le passage au prix supérieur doit s'accompagner d'une observation précise des résultats obtenus. En effet :

* plus on monte en prix et plus les adversaires sont affûtés
* il en découle que nous gagnons moins souvent, donc que nous générons moins de bénéfice

Il se peut qu'en montant de prix, vous génériez moins de bénéfices en valeur absolue qu'en restant au prix de départ. Si c'est le cas, en attendant de progresser suffisamment, revenez au prix précédent et « trayez la vache ».
6ème étape : Trayez la vache

Si votre budget poker gonfle au fil du temps et si vous avez remarqué que jouer plus cher vous faisait moins gagner, voire perdre, c'est parce que vous avez trouvé votre activité gagnante en matière de poker : sit&gos, cash-games, tournois. dans les variantes qui vous conviennent : hold'em, Omaha high-low. et à des hauteurs qui vous conviennent aussi : 1-2, 2-4, 5-10.

Dans ce cas, vous pouvez prélever régulièrement pour alimenter votre budget de vie quotidienne. Rolf Slotboom, fin joueur de poker et journaliste néerlandais, propose une échelle de prélèvement que nous défendons aussi. Il prélève à chaque période :

* 10% des gains de la semaine
* 7,5% des gains du mois
* 5% des gains du trimestre
* 2,5% des gains de l'année

Si une de ces périodes est perdante, il n'y a évidemment pas de prélèvement.

Lire la suite : La gestion du capital jeu (01)

salut et banzai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationdecopolyester.power-shop.fr/
 
La gestion du capital jeu (01)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Logiciel de gestion de tournoi
» Aide: Gestion du traffic
» [Loi Royale] Gestion Héraldique des Seigneuries
» Créer un jeu de gestion ?
» [Hérauderie] Gestion Héraldique des Seigneuries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POKER A REIMS :: TOUT SUR LE POKER :: TECHNIQUES-
Sauter vers: